Love can be so strange

Le 14 Février, jour de la St Valentin, je me suis retrouvée en date devant Love is Strange (Altitudes Film). Et j’ai pleuré. Pour de vrai.

Se décider à sortir à nouveau en « date » après une douleureuse rupture n’est jamais simple. D’autant plus lorsqu’il s’agit du second rendez-vous et le jour de la St Valentin! Mais heurusement Love is Strange  a aidé à détendre l’atmosphère…

image
Love is Strange - Feb. 2015 

S’aimer comme Ben & George, c’est magique. Un amour honnête, sincère et inconditionnel. John Lithgow & Alfred Molina sont mes nouveaux héros, le couple auquel j’envie. On oublie parfois que les films les plus simples sont souvent les plus beaux. Une mise en scène simpliste qui se contente de filmer le quotidien d’un couple gay dans le Manhattan d’aujourd’hui. Une histoire qui sonne juste, un  twist final n’en est pas vraiment un… Je pourrais sans hésiter revoir ce film all over again.

image

Curzon Soho – Feb. 2015

Le problème des belles histoires d’amour, c’est qu’elles nous font facilement pleurer. J’avais beau être en plein date, je n’ai pas pu m’em empêcher. Une déclaration d’amour de plus et je n’aurais pas pu m’arrêter. Arrive alors ce moment gênant à la fin du film où les lumières se rallument et votre date vous demande « Are you crying? » – « Noooo » – Yes, I was. Et avec le maquillage dégoulinant sous les yeux accompagné du nez qui coule, impossible de le nier: J’avais fondu en larmes en plein date.

image Altitude Films – Feb. 2015

 *BONUS TRACK : All I Want, by Kodaline